Nous vivons

Les grilles, le passé heureux les a fermées,
Dans les prés quand l’amour célébrait la nature
le chant des grillons fourmillait,
Chaudes saisons baignées dans les foins,
Oui, à double tour se sont fermées les grilles.

S’il y eut des étés, y a-t-il un brûlant espoir ?

Malade, la Planète héberge les Peuples en souffrance,
L’envers du décor diffuse aujourd’hui ses invisibles virus.
Avec leurs statistiques et à chacun la sienne,
des experts patentés pensent pouvoir en connaître l'exactitude ;
Alors, sans modestie, avec eux, elles savent, les élites,
elles savent gouverner nos libertés !

Nous sommes faits de chair.

Je meurs, tu meurs, il meurt, nous mourons, avec un seul r,
mourir, ce n’est mourir qu’une seule fois, ainsi la règle,
Je vis, tu vis, il vit, nous voulons vivre un horizon d’amour
à faire renaître toutes les saisons.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s