Solitude moderne

Seul, seule comme un linceul,

seuls au seuil de la vie.

Seul un ennui et toute cette envie,

Tu me racontes une fenêtre éteinte

après toutes ces nuits d’étreintes.

J’ai le casque sur mes oreilles,

je ne t’entends pas, je veille.

La musique me tient, la musique me retient,

la musique me fait du bien.

Ce matin, rien n’est fait,

ce matin tout est à faire.

Ce matin, je compose et tu me souris

de toute ta patience;

je pianote sur le clavier, mes doigts malades,

je pianote cette ballade de la solitude.

Nous sommes un, deux, trois, quatre,

seuls au seuil de la vie.

Je sors et quelqu’un s’accroche à mon bras,

je sors, quelqu’un me parle,

je sors, quelqu’un me sourit,

je sors, quelqu’un a besoin de moi

je sors,

un oiseau sautille dans les lauriers.

Je sors, quelqu’un chante,

quelqu’un crie, quelqu’un récite

et la pluie débite ses vers,

il pleut, il pleut, il pleut,

je ne suis jamais seule.

Sur le banc quelqu’un me rejoint

c’est peut-être un pigeon,

je sens une caresse,

c’est un rayon de soleil

et si c’est un jour vide

mon cœur est plein de vivres,

mon cœur est plein de livres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s