Ciel noir

La lune a caché sa solitude,
évanouie,

Frissons dans le ciel noir,
un virus glisse ses invisibles tentacules,

Dévoré, le chant des grillons disparus,
Coassent des crapauds dans la nuit désemparée,

Scintillent au firmament les constellations de printemps,
une berceuse, aux couleurs d’arlequin, cajole l’enfant dans ses rêves.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s