On entretient les vieillards, leurs corps saturés de fatigue. Qu’ils sont beaux, ces êtres abandonnés, tous assis pour le goûter à la table commune. Mais ils meurent quand même, les plus riches dans leurs châteaux, leurs tombes préparées, un peu plus marbrées que pour les autres, et la masse meurt à l’hôpital ou dans les maisons de retraite. Signe des temps, où l’on ne conçoit même plus l’idée de pouvoir vieillir parmi les siens.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s