Au jardin du silence

Au jardin du silence,
les sanglots bercent les fleurs,
les sanglots penchent mon cœur.

La jeunesse n’a pas l’âge du chagrin
et son chagrin est immense.

Au jardin de l’absence,
les sanglots, tristement,
me ramènent à la vie
et je pleure en silence son fardeau d’amour
qu’illuminent les chrysanthèmes.

Au jardin de l’absence,
les motos pétaradent leur violence;

– il faut bien que jeunesse passe –

et nous prions le silence
inconsolable.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s