Le Château du Diable

Nous nous y mariions tous les samedis;

chapeaux de plumes,

chapeaux de paille,

en promesses qui vaillent;

les robes blanches prenaient la pose.

 

Mais à quoi songeait le Grand Duc outre tombe,

des grandes amours qui se font et se défont,

s’amusait-il à les confondre ?

 

Au mariage de l’eau,

les cygnes cachaient leur bec sous leurs ailes ;

les truites indifférentes semblaient se frayer un chemin

et j’admirais leurs ballets incessants

pendant que se nouaient des destins ;

 

Chapeaux de plumes,

chapeaux de paille

enfermés dans des cadres,

Rue du Château,

que nous allions admirer

au talent du photographe,

chaque semaine, des couples nouveaux ;

 

Aujourd’hui, c’est une longue robe pourpre

qui descend les marches du château,

on dirait une rose.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s