froid des Vosges

Glissé derrière les monts le soleil sitôt disparu
fige l’immensité là-bas à 16 heures,

Forêts de marbre,
un bleu profond enserre la majesté des Vosges,

regards calfeutrés livrés au sommeil hiberné,

Campagnes perdues, royaumes oubliés,
la quiétude grésille ses appels à toutes les ardeurs assoupies.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s