Comme un enfant qu’on éduque

Tailler l’arbre fruitier, ébrancher quelques ramures,
expert hésitant, il y faut des années,
comme un enfant qu’on éduque
avant d’en recueillir les fruits,

Février, aux yeux bleus, aux poumons glacés,
grandit ses jours, exalte la mésange,
chatoie le velours des adrets,

Tempêtes, grêles, giboulées,
L’hiver baille son sommeil profond,
épuise ses derniers pas de transhumance.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s