Mes mains

Mes mains touchent des lueurs lointaines,
Eux s’accrochent aux gaietés par la frivolité des mots,
leurs vies effacées comment auraient-ils pu en changer
conduisent les mêmes attitudes,
je m’assieds devant un mazagran à la terrasse d’un café,
le brouhaha, des gens je sens que tout bouge
me donnent le vertige, où, l’ouverture à respirer la solitude ?
C’est dans leurs univers que les poètes ne meurent jamais.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s