Beethoven

Gravir mon échelle à toucher l’infini, pur, inviolé
sans quiconque déranger, sans fièvres,

écoutant l’incommensurable Wilhelm Kempff au piano,

la symphonie N°23 – le deuxième mouvement,
Andante con moto,

calme, calme, dominant tout, à mille lieues de tout, puis tout bascule,

la vie,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s