Ainsi la vie égarée

Ainsi la vie égarée, Monts et vaux d’utopie,
La cécité palpe les mondes du réel,
Un infini GR, Chemins parallèles,

Rien su du rapace esseulé sur un fil,
d’ombres mendiantes aux feux, d’une égale misère,

Oui, une musulmane mendie, ses enfants

assis dans l’herbe, de honte me tournent le dos
je n’ai pas vu leurs visages,
Un chant d’amour décoche en l’air une flèche

tombée nulle part,
ne peut transcender les maux de sens et de chair.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s