Mes fleurs au coeur déshabillé

Tu voudrais que l’automne avance :

la rentrée se fait en été,

et il fait désespérément beau,

et il fait désespérément bleu;

pas une goutte d’eau,

pas un souffle,

les arbres jaunissent à peine.

 

Tu voudrais que l’automne danse

aux premiers frimas du matin :

et il fait désespérément beau,

et il fait désespérément bleu.

 

Quelques feuilles sèches balaient

cette éternité d’été.

Je n’attends pas la pluie – elle viendra

pleurer sur mon visage toutes ses palettes de couleurs -,

je retiens le bleu qu’elle envole

des nuages qu’elle colle,

enfant.

 

Je traverserai l’automne en buvant ma noisette au café des arts

émerveillée;

encore une fois, il sera au rendez vous

et ce sera comme si c’était la première fois,

gauche, ses feuilles pêle mêle en tas,

il mettra à mes pieds des couleurs nouvelles.

 

J’en oublierai mes fleurs au cœur déshabillé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s