Corps de lumière

L’été de tous les blés mûrs a vu l’homme se pencher sur la femme,
la femme l’attirer parmi les chaudes odeurs de paille
Corps de lumière aux yeux clos oubliés
le vent a su, seulement par son chant versifié,
écrire la rose des sables.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s