Le parfum des mots

Eux, vénèrent des pages sacrées pour nourrir leurs âmes,
une Bible mille fois traduite, trahie, fatiguée de lectures,
un Coran de l’an 701 de l’hégire dans un musée.

Lui, versifie des mots intemporels qu’il oublie sitôt prononcés,
sitôt prononcés l’heure resplendit, de les écrire,
un chant d’amour de la vie courue sur des chemins de pierre,
tandis qu’une brise du matin se lève pour disperser ses parfums,
la rosée dans l’herbe sur les midi s’évapore,
plus qu’il ne faut pour un livre à se fermer
et mourir sur un rayon de bibliothèque.

IMG_1369

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s