Oui, vivre…

robert mickelsen

l’humain sauve l’homme éclaté,
cœur ouvert, mains offertes,
oui vivre, marqués au fer rouge de bien des revers,
dans la souffrance qui brûle mes instants de tous les soleils couchés,
tandis que s’enfouissent des linceuls pourpres, sombres, ensevelis,
Terre consumée de violences, devenue infertile
sur laquelle j’ensemence le bonheur d’exister !

arbre3

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s