Tout est noir et blanc bonnet

Notre sainte église,

notre église sainte et ses couloirs sombres;

l’urne fermée et le pli que tu glisses,

aux multiples noms inconnus sur des dires,

seulement des dires, promesses contenues,

boutons d’or où fuse la lumière;

mais le vent balaie sous les tapis,

quelques feuilles à la une

où l’enfance trébuche silence;

et les corbeaux dansent, avides de chair,

en toutes saisons.

Ils écrivent le clair de leurs plumes bleues,

au bout de leurs yeux aucune chance !

 

Quel avenir lorsque le devenir est tout le mal.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s