Le sommet

Nous marchions dans la pierraille, seuls à discourir,
à retenir nos paroles,
si chers nos amis nos connaissances, si loin et muets,
si hauts, les fleurs les arbres même nous avaient abandonnés,
L’air pur fouettait nos consciences,
de si noble qu’avions-nous été ?
La planète exsangue hurle ses souffrances,
la multitude nous en sommes pour l’avoir mutilée,
on n’y peut rien plus faire.
Il est loin le sommet ?
Non, lève ton regard, ose tenter son approche,
ensemble élevons-nous une dernière fois,
tant il demeure intouchable !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s