Et puis cette fraîcheur

Et puis cette fraîcheur née de la pluie qui tombe depuis des jours sans interruption aucune. Dans le château, par la fenêtre ouverte sur un rideau de verdure, je compte les heures de l’ennui : Qu’il fait beau à ne rien faire, à ne savourer que le chant des gouttières.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s