Le bistrot fermait

Je lui lus mon poème
Et il me lut le sien

Il était tard
Le bistrot fermait
C’était un voyageur
Je ne le vis
Que cette seule fois

Je n’en entendis
Plus jamais parler
Mais il fut un ami
Que je n’oublierai pas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s