Tant leurs visages rayonnent

J’admire ceux qui marchent pour l’humain
La poitrine offerte
Aux baïonnettes de la haine
Immensément riches
Immensément pauvres
Prêts à partager leurs chemises
À en arracher un bras et le tendre à un plus pauvre
Ceux qui en l’autre se voient
Ceux sans armes
Qui cachent leurs larmes
Ceux dont le cœur bat
Ceux qui rêvent et qui s’acharnent
Ceux qui croient ou qui y croient
Ceux qui d’un petit pas
Franchissent les frontières
Ceux qui d’un petit pas
Enjambent les murs
Ceux qui n’ont pas peur
De croiser le regard de la misère
Ceux qui regardent la Terre
Émerveillés
Les yeux pétillants
Heureux comme des enfants
Qui découvrent
Ceux qui ressentent la faim
Ceux qui aiment
Ceux que la guerre
Fait frémir de honte
Ceux en lesquels le froid
Réveille la colère
Ceux qui vous entraînent
Tant leurs visages sont beaux
Tant leurs visages rayonnent
Ceux nés la main tendue
Ceux qui crient
Qui hurlent
Pour te réveiller de ta torpeur
Pour arrêter en toi la machine.

Je les admire
Ceux-là qui ne doutent pas
Ceux-là qui ne meurent jamais …
Bakou, le 10 mai 2017

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s