L’arbre sirène

L’arbre sirène trône au fond  du jardin.

Ses écailles d’argent épousent parfaitement

l’écorce robe sans eau.

L’automne s’agrippe là;

Il dégarnit les têtes en planches rouille.

C’est le trou noir qu’il fouille;

 

Il déshabille la  femme poisson,

amoureuse de l’arbre en toute saison.

 

Je n’ai pas compté le nombre

des éventails qui figent le vent,

où nos caresses et nos vœux s’envolent néant.

 

Elle s’abandonne peau,

recouvre les racines d’une traîne reine

et ses bras branches écartent le ciel.

Une réflexion sur “L’arbre sirène

  1. Jean louis dit :

    Merci À M pour ce beau poème..
    J L

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s