La Reine des neiges

Peinture d’Alice Héréus

La vie s’enfuit comme un ruisseau qui sous les pas s’égare,
les sourires se sont figés on peut les casser comme verre
avec un marteau qui les frappe de ces migrants aux enfants
silencieux qui marchent pour aller nulle part
traverser des rivières.
Nos enfants, eux, font des dessins aux visages épanouis
qui révèlent un futur non écrit de rêve :
Elsa, la Reine des neiges sourit.
L’innocence porte un espoir incommensurable.
Les adultes, eux, les dessinateurs, libres à en mourir,
dessinent.
Ainsi s’écrit l’Histoire où se mêlent aux temps troubles
ceux qui oeuvrent pour ouvrir des ciels bleus.
La vie gagne son combat même bâtie sur des ruines.
L’insupportable, lui, enfin, envahit les consciences :
Mais qu’on ouvre, bon sang ! Qu’on ouvre toutes les frontières !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s