Noël

Noël,
un arbre vous manque et tout est effeuillé.

Aux larmes d’argent des aiguilles vertes
à l’automne impossible,
les étoiles hivernales s’accrochent une à une.

Parure de givre l’éternité;
Noël en demi-teinte.
Naissance d’innocence et de paix,
le Bien.
Il nous faut grandir une fois de plus,
Vieillir;
Puisque Dieu nous a fait heureux et malheureux.
Il nous faut croire une fois de plus que nous serons meilleurs,
et qu’il suffira d’une prière pour que passent les nuages,
le temps d’une nuit,
plus brillante que d’habitude et plus triste aussi.

J’apprendrai ton chant aux lumières des cieux;
l’espoir demeure un cercueil vague.
Noël est une chaise vide.
Dehors allume la flamme au fond de nos yeux
sans sourire.
Nous n’avons que nos bras pour tout soleil
et ce réveil en cadeau.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s