à toi

Un dur hiver je fus l’enfant, puis,
épaulé de ton amour dans les nuits recommencées,
s’est éclairé le domaine.

Rosiers devenus, nos fleurs épanouies,
Plumes de pinson nos épines,

Tes mains portent une cathédrale de réconforts
pour illuminer nos petites vies,

Souviens-toi de nos roses,
Alice la première éclose, Blanche et Matisse depuis.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s