De Jean-Pierre DURUPT, poète :

Les toits
Dans une lumière presqu’enclose
Arrachent l’obésité du jour
Quand le chant de la nuit
Amène le flux d’étoiles
Rien d’autre à faire
Que de déjouer
__

Cette vie
Cette fleur
Qui devrait être le signe le phare la compréhension
Souvent mise à mal par la livrée des jours

__

Chaque genêt sur ta bouche
Doit suffire
A parler

__

La clôture du temps nous absout de tout
Du sel des rivières
De l’émeraude des pins

__

Parler la terre
Le chant des moissons
L’espoir
Deux arbres bicentenaires
Sur la terrasse de volutes et de cendres

__

Dans l’apostrophe du temps
L’eau de la fontaine primitive
Coule ses feux ses prairies

__

La lumière du jour m’apporte
La douleur et le firmament
Libre écharde vers l’accru des jardins

__

Que de rêves de créations oubliées
De solitudes empruntées
Au vaste oubli

__

Les lignes de ta main sont-elles consommées d’oiseau
Et de baume
Secret d’une aventure maintes fois repliée
Nomade toi qui va vers l’infiniment petit
Ou l’infiniment grand

__

Le temps volé
S’épanouit
De ses derniers instants
Vers l’incertitude de l’être

Etc…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s