Les oiseaux migrateurs

L’hiver dévore la pénombre des heures,
Coeurs touchés d’un soleil ouaté sur l’eau des tourbières,

Ciels de légendes aux enfants sages envoûtés
de vent, de nuages aux épaules rompues,

Voyage parmi les grues loin des frontières

Entrelacs en ciel, vivantes arabesques,
où nous poserons-nous ?

Allemagne décembre 2014 154
mit den Kranichen nach Süden, ich reise.

Voir ta fenêtre éclairée, prendre tes mains et tes mots

Au vent contraire nous luttons, nous luttons,
un frisson secoue la torpeur des plaines.

(Lilienthal, Allemagne du Nord, Décembre 2014)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s