Les jours merveilleux

L’enfance fleurit mon bras.
Au soleil radieux,
flamants roses
doucement, les oiseaux sages
que rien ne dérange,
– droits dans leurs bottes –
becs roses
mélangent le bleu.
abrivado
Les abrivado, seul tapage,
ici la vie fait rage
et nos coeurs soucis,
impatientes sourient.
Ton cheval mordille l’intrépide
aux rires de tes mains,
demain évide,
Tanoc secoue ses cheveux sable.
Indomptable, l’enfant de la Camargue
te nargue
et croque la pomme.
Aux trocs des caresses de l’eau,
les péniches glissent en silence
sans un mot.
Il fait si calme que même
les taureaux reluisants
annoncent les Saintes.
Il fait si calme que même
la mer ne fait pas de vagues.
merplate

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s