Plus légèrement

Nos corps à 90°,
un angle parfait
délie le mouvement,
s’élance et se replie.
Grimace,
sourire la douleur des muscles
qui se contractent.
– Tenir la distance des brûlures -,
le vide sculpte mon corps.
Perdre haleine,
je lis sur mon coeur
et sur mon visage pluie,
pas une rime;
seulement des battements
accélération des pulsations;
– il faut souffrir pour être belle image –
il faut, il faut, il faut;
Sept, six cinq quatre trois deux un mouvement
et fleurs pétales,
lèvres serrées.
Puis, nous courrons chacun
vers l’oubli,
plus légèrement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s