Les plumes roses

Et je vole vers toi,
feuille de sel rose
que le vent souligne.
Les vieilles pierres nous racontent leurs amours cachées,
nous avons prié dans la cathédrale Saint Just pour une vie meilleure.
Et je vole vers toi,
cette belle lumière.
Au sable froid la mer est si douce.
Une barque solitaire peinte
à la chaleur de tes bras,
ma terre.
Là, tu es ponts, canaux, marais salants
que le vent chuchote sans cesse
reposant dans mes cheveux
ses bouquets de garrigue.
Et je vole vers toi,
sourire
aux arbres penchés
qui naissent sous l’écriture du vent.
Les chalets pêcheurs ont déserté la mer.
Aux oiseaux distants
la mouvance des lignes sursaute, déborde
leur page plumes blanches;
ce n’est pas la saison des plumes roses.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s