Perdus

Exsangue du bon pain qu’elle prodigue, la planète n’a plus rien à donner,
on a tout dévoré, jusqu’à ses trous de gruyère.
On scrute au télescope des mondes intouchables,
des années-lumière nous séparent du mendiant debout
à cent mètres de nos portes.
Chaque printemps offre ses bouquets de violence,
ce Vendredi-Saint crucifie, dès l’aube, nos vaines avancées,
un poème cependant soulève tout le poids d’exister,
un poème en partage avec la communion des hommes
pour enrichir d’amour nos Terres appauvries.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s