Manon des sources

Le beausset 18012013 078

Les hivers ont secoué nos étés,
les arbres nus en dormance,
sur les bois morts ont craqué nos pas d’insouciance,
nous avions longtemps couru le maquis de salsepareilles
libres,
la senteur des romarins avaient guéri nos écorchures,
parfois des anciens nous parlons qui nous ont quittés,
devant l’âtre se mire dans nos yeux le feu de leur présence,
ils ont travaillé, nous sommes persévérants,
labours, semailles, moissons, déjà Janvier vieillit Décembre,
sur le parvis désert, usé de tant de saisons invitées
la farandole des ronces.

L’oubli serpente dans les bois,
cent ans impassibles se sont écoulés.

Manon, Manon, regarde ! Les sources endormies enfin renaissent !
Jusqu’aux chutes iront rouler les pierres !
Chuuut !…Ecoute l’eau, écoute le chant qui ruisselle !

On évoquait « la dormance » des arbres et l’histoire de la Belle au bois dormant, ce superbe conte de Perrault. En réalité, ce n’est pas la Belle qui dort, non, c’est le bois, le bois dormant ! « dormance » ne figure pas dans mes dictionnaires anciens. Le Petit Robert le définit ainsi : Vie ralentie de certaines plantes, caractérisée par un arrêt de la croissance.
En hiver, les arbres sont en période de dormance. Et la Belle au bois dormant aura dormi cent ans…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s