Qu’étions-nous devenus ?

Barques de lumière,
lamparos, posés sur d’épais flots sombres,
avec leurs miroitements l’éveil s’attarde,
s’élargit la profondeur des horizons.

Au-dessous d’elles, des frétillements meurtris de fièvre.

Pour juguler l’épaisseur de ces eaux noires
un chant d’amour s’élève jusqu’aux falaises abruptes
chaussées d’écume.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s