A peu près

Modernes,

les mots s’oublient

éphémères d’un ciel sans étoiles.

Derme,

– la lune n’est qu’un beau cul –

Galaxie de rêves,

les mages nous mènent jusqu’à Bethléem.

Le baby boom expire l’éternité

un poème vrai des à peu près.

Pourtant au bord des lacs l’automne pose ses feuilles rouges
et je m’élève un peu,
jalouse de ses mots qui laissent sur ma bouche
un sourire, nuage de lait,
trace indélébile tendrement d’ailleurs,
qui ne s’effacera pas.
Vague impression,
ébauche ma mémoire,
vide mes références.
Ce grand pas entre les mots
me laisse un peu de toi
la bête,
animal
que dessinent les étoiles.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s