Dans le brouillard s’en vont….

Un sonnet de Guillaume Apollinaire,… de mémoire :

« Dans le brouillard s’en vont un paysan cagneux
et son bœuf, lentement dans le brouillard d’automne
qui cache les hameaux pauvres et vergogneux.

Et s’en allant là-bas le paysan chantonne
une chanson d’amour et d’infidélité
qui parle d’une bague et d’un cœur que l’on brise

Oh ! L’automne, l’automne a fait mourir l’été,
Dans le brouillard s’en vont deux silhouettes grises. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s