Le hasard des signes

Je me hisse, MIRA me montre la distance, combien de chemin à parcourir jusqu’au grand nuage de MAGELLAN, sa voie de lait; les étoiles brûlantes explosent leur beauté nuages palettes de couleurs, puis s’en vont mourir, doux leurres. Il ne reste que des cœurs diamants. Levons la tête sur ce cimetière céleste où tous les Dieux nous font signes chandelles. Sous la torche de la Lune, les étoiles vont par deux; j’ai peint sur ta joue la nébuleuse pivoine et la fleur de sel, puisque la nuit est belle et que sur son front, l’étoile blanche devine la nébuleuse du hasard des signes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s