Luminéoles

La lumière nous attend derrière les cols,
les aurores nous grandissent
mais il nous faut d’abord traverser les froids,
allumer sans cesse des feux, tôt flagellés par les vents.

Qui pourrait croire, un instant, que nous ayons raison ?
Nous voulons tendre des miroirs
réfléchissant quelque perle de lumière,
défaire l’épais rideau de l’obscurantisme tissé.

Qui pourrait croire, un instant, que nous ayons raison ?
Nous livrons des mots ardents, sans dogme.
Si la vie s’est faite Verbe, c’est qu’il fut par sa chair réchauffé.

Peuple d’ébauches, compromis d’exister,
rassemble tes miroirs pour visiter l’ombre
de tes propres faubourgs, désertifiés d’amour.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s