Parfums de Paris

Automne, couleur  » Amarige « 

 » J’adore  » les lumières de ta ville,  » 24, Faubourg « …

Le temps n’a plus d’importance, J’ai respiré bien des parfums de l’existence ; aucun ne s’est à ma peau collé ! Il me faut plus qu’un parfum ! Mais, conquis par je ne sais quel nombre ( N°5 ? ) ma collection s’enrichit de vouloir connaître tes fioles.

Ambre, Myrrhe ?

Le souvenir d’une ombre (du nombre)… Non, ce ne pouvait être toi !

L’émotion des instants de l’enfance, l’odeur de soufre nous creusait les joues et son goût sucré,  qu’un train crachait quand il quittait la gare, nous marchions au-dessus, sur la passerelle !

Bien avant que j’aie pu découvrir les mots-parfums dont tu renversais sur des cahiers les bouteilles,

tu es sur le passage.

Oui, c’est bien toi  » Présence  » un rien ébouriffée à la façon poète, emmitouflée dans une écharpe inondée d’armoises. 

Tu m’as reconnu !

Je suis cet instant fugace, l’heure manquante, ce rêveur accoudé au parapet, celui qui domine toutes ces rayures. ( les rails ou l’écriture recommencée ).

 » Dune « , mes yeux réchauffés par ton vent de sable. Mais il est temps de quitter ce lieu désert, partons ! Voilà qu’au détour  » Extra-Vagence » tu disparais, évaporée !

Le cœur noué trop plein d’images.

Il me reste ce baume de charme « Présence ». Il prolonge tes yeux dans ma mémoire.

C’est pour défaire ces nœuds que je vais, dans cette pliure du temps qu’on nous a volé, –  l’heure de tous les hivers, – recommencer notre histoire…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s